CAMPAIGN FOR MUSICAL DESTRUCTION

NAPALM DEATH / CARCASS
BRUTAL TRUTH / CATHEDRAL

Anecdotes sur le déroulement de la tournée américaine...

Source : RAW / octobre 1992
Journaliste : Lisa Johnson


Napalm Death est à nouveau en tournée, et cette fois-ci les nouveaux titans sur le bloc (web : du nom de la tournée américaine de l'été 1991) partent dans une campagne de destruction musicale avec leurs congénères du label Earache / Relativity : Carcass, Cathedral et Brutal Truth.

La campagne arrive au Hollywood Palladium de Los Angeles en plein milieu de cette tournée de six semaines, et d'après Jesse Pintado, le guitariste de Napalm Death, jusqu'à présent tout se passe bien. "La plupart des dates n'étaient pas complètes mais les salles étaient remplies au trois-quarts" nous révéla t-il ; et apparemment, les groupes entretiennent des relations amicales. "nous avons choisi les groupes (pour la tournée) et tout le monde s'entend bien". Sans prêter une attention particulière au fait de savoir si la situation est si amicale que ça (on a entendu un groupe se plaindre en coulisse, mécontent du traitement de 'groupe de première partie' qu'il pensait recevoir de la part de Napalm Death pour les soundchecks et ce genre de trucs), certains participants devraient se révéler très familiers de la musique de Napalm Death. Bill Steer, le guitariste de Carcass, était membre de Napalm Death au début, et Lee Dorrian, le vocaliste de Cathedral, était leur frontman avant que Barney Greenway, leur grogneur actuel, n'entre dans le groupe.

Jusqu'ici, la tournée a consisté à "boire beaucoup de Jagermeister". Sinon, l'histoire la plus excitante (et la plus dangereuse) que Pintado avait à nous raconter s'est passée sur le chemin entre Minneapolis et Denver. Le guitariste était en voiture avec Pete, leur chauffeur, lorsque leur bus (qui transportait tout l'équipement) a été contrait de quitter la route et s'est retourné. Heureusement, seule une guitare appartenant à Cathedral fut endommagée, bien que le malheureux Pintado, qui était "tout remué", du aider Pete à décharger tout l'équipement et à le placer dans un autre véhicule, une tache habituellement réservée à huit types baraqués !

Dans un autre van se trouvaient les membres de Brutal Truth (de New York) et de Cathedral. Questionné sur les anecdotes survenues en tournée, Danny Lilker de BT (ex-Nuclear Assault) nous a raconté l'histoire suivante avec un sourire de fumeur de shit défoncé en plein milieu de la figure. Il semble que durant les 2000 kilomètres séparant Denver de Seattle, "la moitié des personnes présentes dans le bus avaient pris de l'acide". Leurs perceptions bien étant bien émoussées, ils ont confondu les vastes landes de la frontière de l'état du Wyoming "avec la Lune" !

Une fois de plus, la vie imite l'art : le premier album de Brutal Truth s'intitule "Des conditions extrêmes demandent des réponses extrêmes".


Retour