DONNEZ MOI DU NAPALM
OU DONNEZ MOI LA MORT !

Interview de Barney et de Jesse menée par Mike Klassen courant 1996.

Après presque une décennie d' "harmonie corrompante", la créature connue sous le nom de NAPALM DEATH vient de sortir son tout dernier disque - leur 7eme en date - Diatribes, un mariage parfait de dissonance et de dynamique. Comme vous savez peut être (ou ne savez pas), NAPALM DEATH a récemment honoré la scène du Cabaret Pyramide. Un public enthousiaste était plus que désireux d'être pris de l' "esclavage à l'oblitération", le tout en l'espace de 75 minutes.

Je fus immédiatement impressionné lorsque l'on me présenta au vocaliste Mark "Barney" Greenway et au guitariste Mitch Harris, qui étaient plus que motivés de prendre part à une discussion sur tout ce que je pouvais leur balancer. Bien que le dernier des deux ne pouvait pas rester longtemps - il devait aller manger - Barney répondit à mes questions du mieux qu'il put.


Quand j'évoqua les points de vue politiques de ND (qui comprend aussi le guitariste Jesse Pintado, le bassiste Shane Embury et le batteur Danny Herrera), Barney fut prompt à commenter les récents événements en Afrique du Sud, où il fut invité à un talk-show et à qui l'on demanda tout simplement à qui était exactement destinée leur musique.
"Je ne vais pas prétendre que tu peux faire venir n'importe qui, accompagné de sa famille, à un de nos concerts" explique Barney. "Musicalement et au niveau des paroles, c'est destiné à tous les contextes, à toutes les cultures, que tu sois gay ou straight ou n'importe quoi, c'est pour tout le monde".

Ces commentaires ne furent pas très bien pris par certains membres auditeurs de ces radios d'extrême droite. Par exemple, un individu l'appela avec ses points de vue erronés.
"A la base, il a simplement commencé à me dénigrer pour les commentaires que j'avais fait. Je l'ai fondamentalement descendu parce qu'il était si idiot. Il ne pouvait même pas argumenter ses propres commentaires".

Alors que Pintado nous rejoignit, nous avons rapidement tourné notre attention sur les progrès musicaux que le groupe avait fait sur son tout récent disque comparé à leurs précédentes réalisations.
"Je ne suis pas sûr que tout ceci ait été intentionnel" clama Greenway - en réponse à ma question selon laquelle il y avait eu de l'expérimentation au niveau des vocaux. Quelques morceaux sur Diatribes s'éloignaient du style vocal guttural habituel. Il continua : "Il y a du matériel dessus auquel, je pense, tu fais allusion".

"Comme Cursed to crawl", intervins-je rapidement.
"Ouais" s'exclama t-il. "Je n'ai fait en fait aucun des vocaux [non gutturaux] sur ce morceaux. Shane, le bassiste, l'a fait".

Jesse Pintado, se sentant désormais loquace, nous éclaira sur le processus de composition lorsqu'ils entamèrent les sessions de Diatribes.
"Musicalement, je suppose que nous avons essayé de garder les choses expérimentales et extrêmes dans un sens. Nous avons essayé des airs différents".

"Qu'est-ce qui vous a influencé pour aller dans ce sens ?" demandais-je.
"Et bien, je joue de la guitare depuis 13 - 14 ans maintenant. Jouer toujours les mêmes mesures d'accord devient chiant. Et les gens sont là : 'Vous avez changé' et je leur dit 'Que peux-tu faire d'autre ?' tu vois ? Quand nous avons répété ces chansons, elles étaient toutes vraiment heavy et quand vint le moment d'enregistrer, c'était paisible en quelque sorte. Nous étions tous là : 'Whoah, attends une minute', tu vois ?". Ceci est en référence à certaines sections de l'album où des lignes de guitare sans distorsion et chargées d'effets prenaient le pas sur le barrage habituel de distorsion. "Mais, au bout du compte, je pense que les parties plus heavy sont mieux mises en relief".

"Y a t-il quoi que ce soit auquel vous ayez renoncé, vous semblant que cela représentait un trop grand changement ?" demandais-je.
"Ouais, Mitch avait des compos avec un certain trip qui représentait un trop grand changement cette fois-ci" répondit Pintado.

En parlant d'Harris, je me suis entretenu avec lui à propos de son projet solo, Meathook Seed, dont le disque sorti chez Earache, Embedded, est un des disques heavy les plus impressionnant que j'ai jamais écouté. Avec un peu d'espoir, Meathook Seed sortira son nouvel album en décembre.
"Ca va prendre une voie encore plus heavy que le précédent, tout en étant plus commercial en même temps !" me dit-il en divaguant avec excitation.

Et ceci, mes amis, en résumé, est le prolongement de ce qui prit la place dans cette nuit en question. Souvenez-vous : NAPALM DEATH n'est pas pusillanime* car il y a un monde de discordance. La beauté intérieure est beaucoup plus profondément ressentie que lors d'une simple écoute, car ici réside probablement l'incarnation de la musique heavy, de son futur, et de la folie qui suit ?

* pusillanime adj. Litt. Qui manque de courage, de caractère; qui fuit les responsabilités.


Retour