NOISE ASSAULT FROM BIRMINGHAM

Interview diffusée sur la chaîne MCM - émission Doctor Heavy and Mister Hard - et filmée le 17 mai 1992 lors de la date parisienne de la tournée "Campaign for musical destruction".


BARNEY : Auparavant, personne n'était interessé par le fait de jouer avec NAPALM DEATH. Beaucoup de soi-disant "musiciens" ont peur d'aller vers des choses extrêmes. Personne n'a assez de cran pour dire : je me moque de ce les autres diront, je veux jouer. Ils ont trop peur de ça, trop peur de ce que diront les autres, peur que l'on pense qu'ils n'ont aucun talent.

SHANE : Le problème est qu'à l'époque où NAPALM a commencé, on ne trouvait aucun des membres qui sont dans le groupe maintenant. Le groupe existe donc depuis 12 ans. Cela est vraiment devenu sérieux en 1986 avec l'arrivée de Mick Harris, quand le groupe a abandonné ses influences punks comme Crass pour devenir plus hardcore. Il y a eu depuis beaucoup de changements de personnels depuis mais tous ceux qui sont venus dans NAPALM étaient déjà fans du groupe. C'est presque devenu une institution.

BARNEY : Au début, NAPALM DEATH était un truc local. Earache était un truc local. Puis tout cela s'est étendu à des magazines à grands tirages et pour ceux qui connaissaient le groupe depuis longtemps, il était très étrange de voir NAPALM obtenir toute cette couverture. NAPALM DEATH est devenu populaire et d'autres groupes sont venus sur le label : Carcass, Bolt Thrower, Heresy...et tout cela est soudain devenu très populaire également.
Je ne crois pas que NAPALM DEATH a spécialement changé l'opinion des gens. C'est juste que les formes extrêmes de musique sont mieux acceptées. Musicalement, ce style n'est plus la dernière roue du carrosse.

SHANE : Mon oncle me racontait que Black Sabbath était plutôt haï à leurs débuts. Tout ce qui est différent est rejeté au départ jusqu'à ce que cela soit accepté et devienne éventuellement populaire. Depuis 20 ans, il y a eu beaucoup de groupes très populaires qui ont vraiment été rejetés à leurs débuts.
J'écoute tous les styles de musique parce que le thrash m'ennuie. Les groupes que j'écoute sont ceux de la période 85/86, certains n'ont même jamais fait de disques. Beaucoup de groupes maintenant ne sont pas à 100% dans leur musique. Lorsque l'on joue d'un instrument dans un style particulier, on apprécie plus d'autres genres de musique. A l'heure actuelle, j'écoute beaucoup de trucs Techno ou industriels. Certains de ces trucs sont assez extrêmes dans leur genre, mais pas très métal.
Le succès de Nirvana est une escroquerie totale, c'est accidentel. Maintenant, les labels signent n'importe quoi en pensant que cela pourrait être le prochain Nirvana. Cela ne nous touche pas, quelle importance ?

SHANE : La plupart des groupes ont une stratégie précise sur comment vendre leurs disques et tout ça... Nous ne sommes pas comme ça. Nous prenons les choses comme elles viennent, si nous devenons énormes OK mais je suis plutôt contre : Nirvana par exemple devront faire un 3eme album tellement bien que la pression sera énorme. Nous détestons la pression. Nous aimons faire les choses comme nous l'entendons et le succès n'a aucune importance pour nous.

BARNEY : Nous jouons très vite et nos savons que nous pouvons jouer si vite mais nous savons aussi que beaucoup de gens détestent ça. C'est assez drôle, nous avons notre humour, nous ne sommes pas sérieux tout le temps. Si on ne se relaxe pas, on devient cinglés. En tant qu'individus et en tant que groupe, nous avons définitivement un grand sens de l'humour.


Retour